:: Personnage :: Présentations
FORUM RPG MAÎTRE - HYBRIDE BASÉ SUR UN CONTEXTE DE REVOLUTION
2060. Il y a maintenant un petit peu plus de quarante ans que l’Homme a délaissé son humanité au profit d’une science infâme devenue banalité. New York est la ville la plus puissante du monde grâce aux expériences menées par la firme Chroma qui reste encore à ce jour le seul laboratoire apte à créer ce que l’humanité a décidé de nommer hybrides. Êtres mi-humains mi-animaux ils sont le fruit d’une avarice gouvernemental face au déclin de l’humanité ; cependant l’Humain n’a pu s’arrêter en si bon chemin et toujours plus cupides de cette science divine ils ont réduit ceux qui étaient avant leurs égaux en esclavage dans le seul but d’assouvir cette volonté de dominance.
SIXTINE
FONDATRICE
+ clarence k. hawkins et Camille Johnson
CASSIEL
FONDATEUR
+ Tobias M. Breen, Hunter "Zéro", Hirsh & Anders L. Kennedy, SOHAN ET Murphy
ZELDA
FONDATRICE
+ HEDDA OSMUND, DAWN, MAGNOLIA LACROIX, ESTHER ARCH ET KADY LYNCH
LODEN
MODÉRATEUR
+ ASHEN WHITE ET SAMUEL VALE
PSEUDO
ROLE
+ //
ROSEMARY
MODÉRATRICE
+ DAISY, AIKO MAEDA ET IRIS ASHFORD
JAKE
MODÉRATEUR DISCORD
+ ALISON PARKER
new york times
10 janvier 2021


La V2 du forum est enfin disponible.
10 janvier 2021


Le forum souffle sa première bougie.
26 septembre 2020


Les deviants espions sont réouverts.
14 juin 2020


Le règlement a reçu des updates concernant les avatars et les départs.
14 juin 2020


L'intrigue touche à sa fin !
13 avril 2020


Lancement de la première intrigue : infection !
updates des annexes
10 janvier 2021


Les annexes du forum ont été totalement revues en un guide que vous trouverez avant les catégories. Pensez à le (re)lire !
NOS MEMBRES RECHERCHENT
Sixtine Hartmann recherche une cousine.
Zelda Ledger recherche un collègue de travail crimilogue.
Ashen White recherche un.e garde du corps.
Magnolia Lacroix recherche une mentor / mère adoptive.
Tobias M. Breen recherche un parrain / très bon ami.
Hedda Osmund recherche des salariés / bénévoles.
Rosemary Willliams recherche l’assassin de son fiancé.
Iris Ashford recherche une meilleur amie.
Esther Arch recherche un.e mannequin conseiller.ere.
Judy recherche un une patronne / coiffeuse.
Murphy recherche un.e enfant de substitution.
Sun-Hi Moon Pak recherche des membres de My Hybrid Legend.
Kady Lynch recherche un.e connaissance de labo.
NOS SCENARIOS DISPONIBLES :
LE MIRACULÉ ★★★★☆
LE VOLONTAIRE ★★★★☆

MALADIE FOUDROYANTE ★★★☆☆
ÉTOILE MONTANTE ★☆☆☆☆

LES FICELLES DE L’OMBRE ★★★★☆
LE MAL QUI VOUS RONGE ★★★☆☆

CHIEN DE CHASSE ★★☆☆☆
L’ERREUR PROFESSIONNELLE ★★★☆☆

CHEF.FE DES OPÉ. À RISQUE ★★★★★
MILITANT.E ACHARNÉ.E ★★★☆☆

TROP BON TROP CON ★★☆☆☆
INFILTRÉ.E ★★★☆☆
TU PEUX AUSSI CHECK NOS PRédéfinis

NOUS REJOINDRE SUR
DISCORD
VOTE TOUTES LES 2H !
clique pour avoir des informations supplémentaires
TOP PARTENAIRES
Derniers sujets
Invité
• Aujourd'hui à 0:29
Invité
• Hier à 23:38
• Lun 12 Avr - 17:33
• Lun 12 Avr - 17:29
-37%
Le deal à ne pas rater :
Nike – Débardeur de running pour Femme à 25€
25 € 40 €
Voir le deal

Attention, chien perdu
Attention, chien perdu Dhkn
2
23
Esclave
Original de DGK
Bisexuel
New-York
PAS D'INFORMATION
Attention, chien perdu Dhkn
Messages : 2
Âge : 23
Métier : Esclave
Avatar : Original de DGK
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : New-York
PUCE : PAS D'INFORMATION
https://chroma.forumsrpg.com
Lun 5 Avr - 15:33
Milo
23 ans
Esclave
Mâle
Dans le quartier des yakuzas
Bisexuel
Nomades d'Amazonie
Infection niv. 1
Hybride dépucé
Chien loup Tchécoslovaque
AVIS SUR NEW YORK
Il ne connait pas vraiment la surface de la ville, malgré ses nombreuses années de squats. Non, ce qu’il connait le mieux, ce sont ses souterrains (métro). Il n’a donc pas vraiment d’avis global sur la ville entière. Cependant, de ce qu’il connait et de ce qu’il a vu, cette ville l’angoisse.
Entre les poseurs de bombes (les déviants) qui le poursuivent à la surface, les souterrains qui l’oppressent et qui n’offrent aucune sortie de secours en cas d’effondrement et ce groupe d’humain (les yakuza) qui lui donnent une substance qui l’endort constamment, Milo est terrifié par New-York.
Il donnerait tout pour retourner en Alaska, dans son chez lui, auprès de ses éducateurs et de sa meute.

Humains : Milo n’en a que de bons souvenirs, de sa vie d’avant. Pour lui, humain est un synonyme de famille. Ça lui rappelle Dennis et ses distributions de nourriture, Elsa qui les emmenait courir des kilomètres dans la neige, ou encore Mélissa et ses cours ennuyants.
Milo les aime du plus profond de son cœur, pourtant, tous ne sont pas bons. Il en a eut la preuve avec ce groupe d’humain qui le tient en captivité et le drogue à longueur de journée. Malheureusement, il fait taire ses doutes tant bien que mal en les enfouissant derrière ses angoisses. Non, ils ne peuvent pas êtres mauvais.

Hybrides : Ce sont ses frères, ses sœurs, sa meute, Milo les adore. Contrairement aux humains, il n’a aucuns mauvais souvenirs liés aux hybrides. Amour, chaleur, réconfort et bien être sont les synonymes qu’il associe à ses congénères.
Il ne sait pas que les poseurs de bombes sont majoritairement composés d’hybride, ça n’entache donc pas la vision qu’il possède sur les hybrides.

Humanis : Il n’en a jamais entendu parlé, à cause de sa vie dans les souterrains New-yorkais. Il a peut-être entendu quelques fois le mot mais, fuyant le contact autant que possible, il n’a pas mis une idéologie sur un nom.
Si vous lui présentez l’organisation comme les chasseurs des poseurs de bombe, Milo cherchera à entrer en contact avec afin de bénéficier de leur protection.
Si vous la lui présentez comme un groupe d’humain haïssant les hybrides et les maltraitant, Milo les associera automatiquement au groupe de yakuza le tenant en captivité et tentera, au mieux de fuir ces humains, au pire de les attaquer si la fuite n’est pas possible.
Si vous la lui présentez comme un groupe puissant pouvant le protéger des poseurs de bombe et des yakuzas, qui le traite aussi bien que ses éducateurs en échange d’une fidélité typiquement canine, Milo sentira con cœur battre et une pointe d’envie l’envahir. Ah, il aurait aimé être acheté par des maîtres comme ça.
Comme quoi, tout dépend de l’opinion politique de la personne qui introduira Humanis à l’hybride.

Unity : Il n’en a jamais entendu parlé, à cause de sa vie dans les souterrains New-yorkais. Il a peut-être entendu quelques fois le mot mais, fuyant le contact autant que possible, il n’a pas mis une idéologie sur un nom.
Pourtant, c’est de loin l’idéologie qui lui conviendrait le mieux. Il serait en sécurité, auprès d’un humain qui le traite convenablement, voir même qui l’apprécie pour ce qu’il est et non pas pour ce qu’il vaut.
A terme, c’est le groupe qui le guérira le mieux, loin de ses traumatismes liés aux déviants et de la considération froide des humanis. Pour sa santé mentale comme physique, Unity est le meilleur choix. Malheureusement, Milo n’en a jamais eu vent.

Déviants (ou les poseurs de bombe) : Il n’en a jamais entendu parlé, à cause de sa vie dans les souterrains New-yorkais. Tout du moins, il n’a jamais mis ce nom sur les visages des personnes qui hantent ses cauchemars et ses angoisses depuis l’attentat.
Si vous les lui présentez comme les poseurs de bombes, ce groupe qui attente à la vie d’autre afin d’imposer leur idéologie, Milo fuira. Sur un coup de colère ou une hallucination, il peut même attaquer. Ces poseurs de bombes le terrifient, ils ont gâché sa vie, c’est l’image parfaite de l’Enfer, à ses yeux. Jamais il ne s’alliera volontairement à ce groupe, s’il a conscience que ce sont eux qui ont détruit son futur.
Il cherche d’ailleurs de les fuir à tout prix et est profondément traumatisé par leurs attentats.
Si vous les lui présentez comme un groupe d’hybride capable de le protéger contre le reste du monde, Milo sera peut-être même prêt à tourner le dos à son éducation le formatant à adorer les humains. En effet, même si les Déviants luttent contre les humains, il ne sait plus vraiment à qui accorder sa confiance et ses angoisses le rongent. Il priorise donc sa sécurité (physique et mentale), au détriment de son éducation.
SIGNES DISTINCTIFS
Cette phrase est pour me repérer lors de l'édition de la fiche.
CARACTERE
Cette phrase est pour me repérer lors de l'édition de la fiche.
HISTOIRE

2037 : naissance

Milo est né le 23 avril 2037, en plein âge d’or de Chroma où cette dernière répandait ses laboratoires aux quatre coins du monde. C’est dans le premier laboratoire de la firme, en Alaska, qu’il vit le jour.

Il est le fruit d’une reproduction dite naturel et sa conception fut étonnement rapide. En effet, sa mère, hybride chien loup Tchécoslovaque, ne tomba enceinte de son père, hybride malamute, qu’après seulement deux rencontres. De plus, elle ne fit aucune fausse couche et donna naissance à un bébé hybride en pleine santé. Il n’y a rien de plus simple que la reproduction entre deux individus d’une même espèce, se dirent les scientifiques de la rection reproduction du centre d’Alaska, ce jour-ci.

Le puçage de Milo et son inspection sanitaire se déroulèrent sans problèmes. L’enfant était sain et le puçage d’un bébé était rapide et simple à faire, surtout au niveau de l’oreille.

Ce bébé n’était pas une commande d’un particulier, ni une des nombreuses extravagances des scientifiques, comme en témoigne sa race très commune. Cependant, ce n’était pas non plus un vulgaire hybride créé car il fallait renflouer les stocks sans réel but autre que produire plus.

Non, Milo a été créé dans un objectif spécifique : les scientifiques le concurrent comme un futur grand sportif (un chien de concours) ou chien de travail. A l’image de sa race, Milo est fait pour se dépenser, son ADN est construit de façon a en faire une véritable boule de nerf ayant besoin de se défouler en tirant un traineau, en courant dans la neige ou bien en reniflant de la poudre ou des gens à la recherche de bombe ou de vie humaine à sauver.

C’est dans cette optique que son éducation fut construite.


2038 – 2053 : Education


Ce n’est qu’au bout d’un an, une fois sevré, que Milo fut séparé de sa mère. Comme tout enfant séparé pour la première fois de son parent, les premiers jours furent difficiles et le chiot pleura beaucoup. Heureusement, les bras de Madeleine, une éducatrice du centre, étaient là pour le câliner et le réconforter. Le petit s’était très vite attaché à elle qui représentait une deuxième maman à ses yeux.

Il fut de suite intégré à la meute que composait son groupe. Les éducateurs du centre tentaient une expérience avec ce groupe : réunir le même type d’individus (d’une même espèce sociable, de préférence) ayant une même optique de vente afin de favoriser l’épanouissement et l’obéissance des sujets.

C’est ainsi que Milo commença sa vie avec ce qu’il considère encore aujourd’hui comme sa famille ou sa meute. Sa meute, en le comptant, étaient composée de dix chiots dont les âges variaient d’un à deux ans. Tous étaient des chiens de travail, nécessitant une grosse dépense physique pour être bien dans leurs corps et dans leurs têtes.

Marina, l’husky d’un an et demi, était définitivement l’alpha du groupe. Gunther, le labrador un peu timide et très discret d’un an, prit vite la place de meilleur ami. Il y avait ensuite Maya, le berger australien de deux ans qui fut son premier amour, Mélina, le berger allemand d’un an ou sa meilleure partenaire de bataille de boule de neige. Il y avait aussi Nour, le malinois d’un an et demi pour qui son cœur battait bizarrement lors de ses premiers amours adolescent, loin de ceux enfantins, Pablo le jack Russel surexcité de deux ans, Satoru l’Akita dormeur d’un an, Moira la dalmatienne très érudite de deux ans et Alexei, le petit dernier du groupe et le plus fragile, relégué au rang d’oméga malgré son hybridation de dogue allemand.

Milo, lui, était un suiveur. Il s’agitait beaucoup et courait un peu partout, stimulant Pablo jusqu’à ce que ce dernier l’épuise et que Milo tape ses meilleures siestes. Cependant, il ne donnait clairement pas de directives ou d’idées et suivait joyeusement les propositions des autres. Toutefois, il ne se laissait pas non plus marcher dessus et mordait (dur, dur, de faire mal, quand il faisait encore ses dents, mais il essayait) tout ce qui lui passait sous la bouche lorsque les autres le contrariaient trop ou que certains en dessous de lui hiérarchiquement tentaient de prendre le dessus.

Néanmoins, il ne mordait jamais ses éducateurs. C’était une règle immuable gravée en lui, sans trop qu’il ne sache comment. Milo ne les considérait pas vraiment comme faisant partis de la meute. Dès son plus jeune âge il les voyait comme en dehors de leur groupe, comme au-dessus d’eux, une entité supérieur intouchable.

Pourtant, c’est dans les bras de Madeleine, leur douce gardienne à la figure maternelle, qu’il pleura son premier chagrin : la perte de sa maman. C’est aux creux de ceux de Dennis, leur autre gardien jouant le rôle de la figure paternel, qu’il prit son premier biberon et joua pour la première fois avec sa purée de carotte, s’amusant à vouloir en étaler sur le visage souriant de l’homme.

C’est accroché aux jambes de Carla, leur nutritionniste, qu’il vécu sa première bataille pour des sucreries. D’ailleurs, il se souvient encore des cris, de la cohue, et des « à moi, à moi, à moi » qu’il jappait avec ses frères et sœurs dans une cacophonie dantesque. Et c’est à la suite d’Esla qu’il découvrit pour la première fois l’extérieur et sa neige si froide et amusante.

Pourtant, malgré toute cette douceur et cette bienveillance lors des premières années de sa vie, le comportement des membres extérieurs à la meute, des humains, ne laissait pas à Milo la liberté de les mordre, de les mordiller ou de les traiter de la même manière que ses frères et sœurs. C’en était de même avec les autres chiots, c’était léger, à peine perceptible, mais même s’ils s’aimaient inconditionnellement eux et leurs éducateurs, leur comportement différaient selon s’ils interagissaient avec un hybride ou un humain. Les humains étaient en quelque sorte… les alphas de l’alpha. Oui, c’est ainsi que se le représentait Milo : l’alpha de l’alpha.

Mais ça lui allait, il n’était pas malheureux, bien au contraire. C’est donc dans ce milieu sain, heureux et chaleureux que Milo grandit et se développa.

Les éducateurs étaient aux petits soins pour les faire grandir correctement et selon leurs objectifs. Un fort lien de groupe fut créé entre les petits dès le début, les adultes étant plus là pour éduquer, surveiller et consoler leurs chagrins que pour réellement se mêler à leur vie de famille.

A leurs trois ans, de nouveaux éducateurs comme Mélissa ou Elsa leur fut introduit et elles participèrent à l’éveille des enfants. Physique, pour Elsa, qui fut leur coach le reste de leur enfance et adolescence, et psychologique, pour Mélissa qui fut leur professeur. De plus, Mélissa commença également à leur apprendre les règles de base à respecter au sein d’une société comme la politesse et le respect à avoir envers un humain ou un adulte.

Elsa, de son côté, leur faisait faire de nombreuses balades dans la neige d’Alaska (qui se faisaient de plus en plus longue au fil de l’âge des chiots). Elle stimulait leurs capacités respiratoires en les faisant courir avec des jeux comme  « le Loup » ou des sprints, entretenait leurs instincts de pisteur avec des chasses aux trésors ou des chasses à l’homme (c’était très souvent Dennis qui s’y collait, les poches remplis de friandises pour encourager les enfants à le retrouver et le courser) et leur apprenait l’obéissance à l’aide de jeux tel que « Jack à dit. »

De plus, très tôt, autour des six ans la meute, elle se mit à les sensibiliser aux odeurs humaines et à celles de poudre. Certains des enfants allaient finir chien pisteur pour récupérer des hybrides en fuite, chien renifleur pour déjouer des attentats dans des aéroports ou encore chiens sauveteur chez les pompiers. En conséquence, il fallait qu’ils associent rapidement des odeurs à une récompense.

C’était un exercice très simple, les futurs maîtres de la meute devant compléter les bases enseignées par Elsa. Elle stimulait leur odorat à l’aide d’un jeu. Elle cachait un peu de poudre à canon ou une souris sous un bol opaque puis faisait entrer l’enfant dans la pièce afin que, rien qu’avec son nez, il désigne le bon bol. Une bonne réponse était toujours accompagnée d’une friandise, d’une caresse et d’une avalanche de compliment.

Milo, à ses débuts, n’excellait pas dans l’exercice, comptant plus sur le hasard au lieu d’utiliser réellement ses capacités. Cependant, au fil des années, il comprit le truc et son odorat et son ouïe s’affutèrent. A la sortie du centre, il avait un taux de réussite de 88% à ce petit jeu et ce même si on essayait de le piéger en sortant cinq bols et en mettant une sourie sous l’un et de la poudre sous l’autre.

Milo l’aimait beaucoup, Elsa. Pablo l’adorait également. C’était la seule qui arrivait à les canaliser efficacement en les faisant se dépenser suffisamment. Dès qu’il la voyait arriver, Milo lui sautait dans les jambes ou bien abandonnait son activité et ses frères et sœurs pour lui tourner autour, selon son âge, sa queue battant l’air derrière lui. Il raffolait de ces sorties, ces jeux en plein air ou ces exercices de pistage. Il ne s’en lassait jamais et était parmi les premier, juste après Marina, à sortir en trombe et se jeter dans la neige lorsque ça leur était permis. Les rapports des éducateurs et les batteries de test des médecins démontraient d’ailleurs qu’il était dans le haut du panier de sa meute, au niveau compétence physique.

Niveau études, par contre… Ça n’avait clairement rien à voir avec Mélissa et ses cours ennuyeux. Milo ne l’aimait pas vraiment, elle. Il était obligé de rester assis des heures sur une chaise pour apprendre à lire, écrire, compter, un peu d’histoire, de biologie et les bases des règles de bienséance (avec comme règle n°1 : obéir à sans maître sans poser de question).

Elle n’était pas méchante mais Mélissa était barbante et Milo ne s’intéressait pas à ce qu’elle racontait, lui, son trucs, c’était les activités sportives. Surtout que ses façons de récupérer son attention n’aidaient pas à arranger les choses. Elle claquait des doigts, ce qui l’agaçait, le grondait devant sa meute, ce qui lui faisait honte et, dans le pire des cas, elle lui vaporisait à la figure un produit qui piquait le nez.

Non, il ne l’aimait vraiment pas, mais il ne se rebellait pas non plus. Il se renfrognait sur sa chaise une bonne dizaine de minute, avant que son attention ne dérive à nouveau autre part. Surtout qu’elle n’était pas vraiment méchante puisqu’elle le félicitait à la fin du cours, lorsqu’il le suivait assidument (chose rare).

C’est un garçon qui fonctionne plus à la carotte qu’au bâton, oubliant vite les punitions pour ne se concentrer que sur le positif et les marques d’affection. Malheureusement, Mélissa fonctionnait plus au bâton qu’à la carotte et, même si elle remarquait une amélioration de l’attention de l’’enfant au cours suivant ses  félicitations et compliments, elle ne voulait pas changer ses méthodes d’éducation pour un hybride.

L’année de ses treize ans fut celle qui marqua la dernière phase de son éducation et le début des changements.

Le changement le plus gênant fut l’introduction des cours d’éducation sexuelle. Ils en avaient un par semaine et il durait trois heures. Heureusement, ça ne dura pas très longtemps, un peu moins d’un an. Entre les fous rires nerveux, les ricanements et gloussements embarrassés, les exclamations dégoûtées de certains  et l’ambiance dissipée du groupe, Mélissa ne savait plus où donner de la tête.

Pourtant, ils devaient bien passer par là, un jour ou l’autre, vu leurs gênes de super-sportifs, leurs maîtres vendront forcément leurs rut ou chaleurs. Alors mieux vaut savoir comment ça marche que d’y aller à l’aveugle et, par la même occasion, nourrir leurs cultures générales sur la grossesse, l’accouchement, les organes reproducteurs et comment l’ADN de deux individus se mêle pour en créer un troisième unique en son genre.

C’est cette année et un peu grâce à ces cours que Milo découvrit son attirance pour les garçons. Il aimait passer de plus en plus de temps avec Nour, il lui prenait souvent la main ou le bras et il appréciait lorsque ce dernier s’endormait contre lui ou lui embrassait la joue. Son cœur battait différemment lorsqu’il lui souriait et son rire illuminait ses journées. De plus, son ventre le chatouillait bizarrement et agréablement, le soir, lorsqu’il pensait à l’adolescent. Pourtant, il aimait les filles également, Maya avait été son premier amour, il ne la lâchait plus de ses sept à neuf ans. De plus, c’est bien avec Marina qu’il partagea son premier baiser à ses quatorze ans. C’est ainsi que Milo découvrit sa bisexualité.

Le changement le plus marrant fut l’évolution de leurs exercices sportifs. Avant, Elsa ne leur laissait pas complètement libre, elle réprimait leur instinct les plus primaire et agressif. Mais depuis ses treize ans, au contraire, elle stimule cette partie de leur personnalité. Ce n’était plus Dennis qu’il chassait mais des inconnus bien protégé derrière leurs gilets bien rembourrés. La chasse a plus galvanisante fut celle où la cible était un hybride lapin. Son cœur battait la chamade et l’adrénaline parcourait ses veines, son excitation et son agressivité décuplée par celle de sa meute.

Il n’y avait qu’une seule règle que chacun respectait scrupuleusement. Lorsqu’Elsa disait « stop », ils lâchaient immédiatement la proie et s’immobilisaient, reprenant chacun leurs souffles bruyamment, leurs torses se soulevant à intervalles régulières rapides. Pourtant, lorsque Milo se rendit compte que le lapin pleurait de terreur, une culpabilité monstrueuse rongea son estomac sur plusieurs semaines. Pour lui, ce n’était qu’un jeu, il ne faisait rien de mal. C’était comme lorsqu’il devait trouver la poudre ou la souris sous le bol, alors pourquoi se sentait-il aussi mal ?

Enfin, le changement le plus inattendu fut celui de ses quatorze ans. En réalité, il y eut de changement cette année. Maya, Moira et Pablo, âgés de seize ans, s’en allèrent. Moira allait directement chez son maître, c’était une commande, d’après leurs éducateurs. Elle allait se dorer la pilule en Californie, d’après eux, et sauver des vies avec son humain pompier.

Maya et Pablo, quant à eux, allaient dans différentes boutiques spécialisé. Pablo dans une boutique fait pour les animaux de concours (sportifs ou autres) à Sao Polo, et Maya dans une boutique de chien de travail à Toronto.

Ce départ perturba la meute et son fonctionnement. Emotionnellement, d’abord, ça faisait 13 ans qu’ils vivaient ensemble, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, entassé les uns sur les autres. C’était difficile de changer ses habitudes et vivre avec ce manque. Ils s’attachèrent d’autant plus entre eux et devinrent très exclusif à leur meute, se baladant toujours au moins à deux et ne se lâchant plus d’une semelle.

Hiérarchiquement, ensuite. Il y avait des places à pourvoir, puisque certains étaient partis, alors tout le monde en profitait. Paradoxalement, à côté de leurs amours réciproques excessifs, ils devinrent agressifs et tendus entre eux. La moindre remarque faite par ses frères et sœurs vexait Milo et était une excuse pour se battre ou crier et vice et versa. Les hormones n’aidaient pas non plus à calmer ces adolescents en pleine lutte de dominance. Heureusement, au bout de quelques semaines, ça se calma et Milo se retrouva très haut dans leur petite meute, juste après Marina et Nour. Alexei, malheureusement pour lui, restait tout en bas.

L’autre changement, cette année là, fut les visites médicales bien plus fréquentes. Ils étaient passés d’une visite trimestrielle à une visite bimensuelle. Ça ne dérangeait pas vraiment Milo, même si ce n’était pas des parties de plaisir. La médecin n’était pas méchante, même assez prévenante, mais il n’appréciait pas pour autant qu’elle lui mette son stick de bois dans la bouche, l’aveugle avec sa lumière de poche, que le stéthoscope froid agresse la peau chaude de son torse et de se dos et la sensation désagréable de la seringue dans ses veines lors prises de sang.

Milo et le reste de sa meute prirent cette cadence médicale soutenue pour un signe comme quoi eux aussi allaient bientôt être vendu. L’augmentation des visites coïncidait avec le départ de Pablo, Maya et Moira. Un an avant leur départ, ils allaient souvent voir la médecin, eux aussi. Ils déduisaient que c’était leur tour, désormais. Personne ne leur disait rien, alors ils ne pouvaient faire que des suppositions. Ces visites durèrent trois ans. En réalité, ces inspections commencées en 2050 avaient pour but de déceler tout signe d’infection et en annihiler les porteurs, le scandale sur sujet 0 faisant grand bruits et les hybrides infectés étant de plus en plus nombreux.

C’est l’année de ses seize ans que Milo quitta enfin le centre. C’était une journée bizarre, leurs éducateurs étaient venus leur dire au revoir, chacun s’occupait d’accompagner un petit groupe. Milo, lui, partait avec Marina, à New-York. Ça le rassurait d’avoir son alpha avec lui, sa nervosité baissa d’un cran lorsqu’il l’apprit, même s’il ne finirait pas dans la même boutique. C’était Elsa qui s’occupait du duo. Dès qu’ils entrèrent dans la voiture, Milo ne lâcha plus la main de Marina et ce même lorsqu’ils arrivèrent à l’aéroport noir de monde, de bruits, d’odeurs et de visages nouveaux.

Toutes ces découvertes insolites distrayaient Milo de son stress et ses oreilles s’étaient redressées sur son crane, l’adolescent étant curieux, même s’il ne lâchait toujours pas la main de Marina. Après tout, même s’il avait été bien entouré toute son enfance et qu’il n’était pas de nature peureuse, il avait vécu reclus du reste du monde, en ermite dans le centre. C’était, pour ainsi dire, le centre du monde et l’essentielle de sa vie, alors toutes ces nouveautés l’attiraient.

Lors de l’enregistrement des bagages, la voix de l’hôtesse attira l’attention du duo d’hybrides, après qu’elle ait scanné leurs puces à l’oreille et vérifié leurs carnets de vaccination.

«  Pour les animaux dangereux comme les chiens ou les grands félins, il faut qu’ils soient museler, si vous souhaitez qu’il passe le voyage en cabine. Sinon, ils seront dans une cage individuelle, en soute, avec le reste de vos bagages. Si vous n’avez pas le matériel, vous pouvez les acheter dans nos boutiques avant d’embarquer. »

Milo tourna aussitôt son visage vers Elsa, le regard paniqué, et serra les doigts de Marina plus fort entre les siens. Il ne voulait pas la quitter maintenant. Heureusement, l’adulte tendit sa carte bleue et demanda à acheter deux muselières adaptées aux formes du visage humain.

Le voyage fut long, mais Milo, côté fenêtre, en profita pour contempler le ciel et les nuages sous ses pieds. Il y avait beaucoup de bruit, de murmure de fond, mais ses oreilles étaient comme bouchées. Ça le gênait énormément mais il résista à ses les gratter, Elsa le lui avait interdit. Sans s’en rendre compte, il s’endormi assez tôt, contre l’épaule de Marina (elle avait la place du milieu et Elsa celle côté couloir) et passa la moitié du voyage ainsi.

Il se réveilla un peu groggy pour descendre de l’avion et faire le chemin inverse à l’aéroport de New-York. Ils ne furent pas séparés tout de suite, Elsa voulant les faire courir à central park pour se dégourdir. Le paysage était très différent de ceux de la maison, mais Milo appréciait, surtout le grand parc plein de verdure et d’écureuils.

Ils passèrent bien deux heures, tout les deux, à jouer avec un ballon, sous le regard bienveillant de leur coach. Il y avait beaucoup d’humains autour d’eux et Milo les observait interagir entre eux. il y avait même des enfants et bébés humains, il n’en avait jamais vu avant ! Il y avait aussi beaucoup d’hybride, au moins autant que les humains, et certains était vraiment bizarre. Marina lui avait montré un avec la peau bleue et des pics sur le crâne !

Ce nouveau monde plaisait déjà énormément à Milo.

Le moment des adieux fut étonnamment très rapide. Elsa arrêta un taxi, après leur pause à Central Park, et Milo fut livré le premier. Le trajet en voiture fut silencieux, les adolescents observant la ville à travers les fenêtres pour ne pas penser à leur séparation proche. Une fois lui et Elsa descendus, il eut à peine le temps de faire un au revoir de la main à son alpha à travers la portière de la voiture qu’un humain discutait déjà avec son éducatrice et l’emmenait à l’intérieur du bâtiment.

Il avait l’impression de partir à une visite médicale et qu’ils reviendraient bientôt le chercher. Cependant, Milo ne pouvait pas parler, sa gorge était trop serrée, et ses larmes contenues piquait ses yeux, d’où son seul signe de main comme adieu. Pourtant il sourit à Marina lorsque la voiture démarra, Elsa de nouveau à l’intérieur. C’était pour son bien, il allait bientôt trouver un maître ou une maîtresse et son alpha aussi.

C’est pour ça qu’ils avaient été créés, rien de mal ne pouvait leur arriver, il en était persuadé.


2053 : Fugue

Blablabla.

2053 – 2055 : Errance

Blablabla.

2055 – 2060 : Capture et submersion

Blablabla.

(En cours.)
Shara
NOM DE L’AVATAR : Original de DGK
COMMENT TU NOUS AS TROUVÉ : Top site
UN PETIT MOT : Je suis émerveillée face à votre codage *v*
Speak Yourself
571
SANS INFECTION
24
Criminologue
Kurisu Makise • Steins;Gate
Hétéro
Brooklyn
HUMAIN
Speak Yourself
Messages : 571
infection : SANS INFECTION
Âge : 24
Métier : Criminologue
Avatar : Kurisu Makise • Steins;Gate
Orientation sexuelle : Hétéro
Localisation : Brooklyn
PUCE : HUMAIN
https://chroma.forumsrpg.com/t49-do-you-wanna-live-before-you-die https://chroma.forumsrpg.com/t283-encore-kidnappee-par-ganon https://chroma.forumsrpg.com/t1054-lifetime-zelda-ledger
Lun 5 Avr - 15:46
Bienvenue parmi nous 👀
Jörmungand
DEVIANT - ASSASSIN
Attention, chien perdu Cpy4
38
INFECTION NIV.2
32
Assassin
Thomas the whaler ▬ Dishonored
Inconnue
Bronx
PUCE RETIRÉE
Attention, chien perdu Cpy4
Messages : 38
infection : INFECTION NIV.2
Âge : 32
Métier : Assassin
Avatar : Thomas the whaler ▬ Dishonored
Orientation sexuelle : Inconnue
Localisation : Bronx
PUCE : PUCE RETIRÉE
https://chroma.forumsrpg.com/t1080-valhalla-calling-me-jormungand
Lun 5 Avr - 18:29
Bienvenue :)


Attention, chien perdu D8qs
Attention, chien perdu Q9PLLxv
7
SANS INFECTION
25
Etudient en droit
kaeya (genshin_impact)
Bisexuelle
Manhattan
HUMAIN
Attention, chien perdu Q9PLLxv
Messages : 7
infection : SANS INFECTION
Âge : 25
Métier : Etudient en droit
Avatar : kaeya (genshin_impact)
Orientation sexuelle : Bisexuelle
Localisation : Manhattan
PUCE : HUMAIN
https://chroma.forumsrpg.com/t1189-altair-masamun#8226 https://chroma.forumsrpg.com
Lun 5 Avr - 20:35
bienvenue


Attention, chien perdu Q9PLLxv
Attention, chien perdu Dhkn
2
23
Esclave
Original de DGK
Bisexuel
New-York
PAS D'INFORMATION
Attention, chien perdu Dhkn
Messages : 2
Âge : 23
Métier : Esclave
Avatar : Original de DGK
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : New-York
PUCE : PAS D'INFORMATION
https://chroma.forumsrpg.com
Sam 10 Avr - 22:23
Merci à vous trois ♥ Et pour le staff, promis, le reste sera beaucoup plus court, j'ai posté la partie la plus longue, là xD
Attention, chien perdu 7slj
27
INFECTION NIV.1
25
Tueur à gages
YJ - Omniscient Reader's
Bisexuel
Manhattan
HUMAIN
Attention, chien perdu 7slj
Messages : 27
infection : INFECTION NIV.1
Âge : 25
Métier : Tueur à gages
Avatar : YJ - Omniscient Reader's
Orientation sexuelle : Bisexuel
Localisation : Manhattan
PUCE : HUMAIN
https://chroma.forumsrpg.com/t927-the-chameleon-who-blends-into-the-clans https://chroma.forumsrpg.com/t1129-the-anarchist-with-the-wolf-mask
Dim 11 Avr - 9:13
Bienvenue ! Bon courage pour la suite de ta fiche !
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Sauter vers: